Benoît Barras

Benoît Barras

Etudiant en sciences politiques - 25 ans - Candidat à la députation - district de Sierre

De la nécessité de la création de “communs”

Nous vivons actuellement une crise sans précédent depuis des dizaines d’années. Or, ce qui est intéressant dans ce contexte, c’est de tirer les leçons qu’il nous apprend. Dès lors, nous pouvons affirmer que cette crise sanitaire nous démontre, encore une fois, à quel point les institutions communes, ici le service public de la santé, sont une toile de sécurité pérenne, sure et salutaire pour la société démocratique. Cependant, des années d’austérité et de management par le chiffre ont mis à mal nos services publics, rendant ce filet social commun plus fin et plus fragile, et ce, aux dépens des travailleurs/euses, de la santé notamment, mais aussi des usagers/ères de ces services. Or, pour le bien de la confiance des citoyennes et citoyens dans les institutions démocratiques, il est plus que nécessaire que les biens communs soient de qualités, fiables et accessibles. Le néolibéralisme, supprimant les communs aux profits des acteurs privés, est dans ce sens un péril pour la démocratie. En effet, comment croire aux institutions de l’État, si ce dernier ne se permet plus les dépenses nécessaires au bon déroulement social du pays et du canton ? Nous ne pouvons pas nous permettre un tel désastre. Il est grand temps de non seulement renforcer les biens communs existants, mais d’en créer de nouveaux. Ils seront les garanties d’une démocratie dans laquelle le peuple peut croire.