Darius Boozarjomehri

Darius Boozarjomehri

Juriste - 24 ans - Candidat à la députation - district de Sion

Pour une vraie politique anti-discrimination

Depuis quelques années la parole s’est libérée, souvent dans le bon sens. De nombreuses victimes d’agressions sexistes, homophobes et racistes ont commencé à faire entendre leurs voix. Malheureusement, une libération de la parole discriminante s’est également faite ressentir. De grandes figures mondiales de droite comme Bolsonaro ou Trump, mais aussi locales comme Addor ont banalisé et normalisé un certain langage raciste décomplexé. Sous couvert d’un combat pour la liberté d’expression, ces individus ouvrent la voix à toutes les agressions verbales. Or souvent, les gestes suivent les mots.
Le Valais ne doit plus rester inactif, empoisonnant notre société. Notre canton doit se doter d’une réelle politique et stratégie anti-discrimination. Des recensements d’agressions doivent être faits afin d’avoir des chiffres, des formations dans les écoles doivent être mises en place et un travail pédagogique doit être fait sur le terrain. Monthey est un exemple avec sa politique de lutte contre le harcèlement de rue visant les femmes. Cette exemple doit être repris et élargi au canton dans son ensemble et à d’autres problématiques.
Ce thème me tient à cœur car j’en ai longtemps souffert en silence. Je ne souhaite pas que les générations qui me suivent vivent la même chose. Pour cela des solutions simples existent, à nous de les appliquer avec détermination.